Connaître les bases de la typographie

Vous en avez certainement entendu parler, la typographie est un domaine à part entière dans le monde du graphisme et du web design. Il s’agit de la conception, du choix d’une police d’écriture dans un document destiné à l’impression ou au web. Mais qu’est-ce que c’est exactement ? Pourquoi en connaître les bases ? Quelles sont les tendances 2021 ? Comment les choisir et quels outils sont nécessaires à leur création ? Dans cet article, L’artisane vous livre les petits secrets de la typographie.

connaître les bases de la typographie - l'artisane

Qu’est-ce que la typographie ?

La typographie rassemble plusieurs procédés de composition et d’impression de caractères. Lié à l’arrivée de l’imprimerie, ce domaine graphique est suivi depuis des générations. Aujourd’hui, on distingue différentes époques typographiques avec des tendances anciennes et actuelles. Les polices d’écriture sont utilisées pour leur lisibilité, mais de plus en plus pour leur design. Chaque typographie possède ses propres cibles et personnalités. Qu’elle soit manuscrite ou automatique, elle est forcément présente dans tout document qui expose du texte. C’est pourquoi il est important de bien la choisir.

Où trouver sa typographie ?

Certains le savent déjà, il existe une multitude de sites qui proposent le téléchargement de polices. Pensez toutefois à bien vérifier leur droit d’utilisation dans la licence. Les typographes sont des professionnels et artistes à part entière, c’est donc normal de les citer ou de payer leurs créations.

  • Google Fonts : faciles à télécharger et libres de droits, les typographies présentes sur Google Fonts sont nombreuses. Vous pouvez en plus les filtrer par catégories.
  • Dafont : ce site recense des centaines de polices différentes, par catégories et styles très différents. Attention ici aux droits d’auteur.
  • FontSpace : ici encore retrouvez toutes sortes de typographies. Vous ne partirez pas sans avoir trouver LA police qu’il vous faut.
Si vous êtes dans le secteur du graphisme ou du web design, vous pouvez aussi choisir de les faire vous-même !
 

Comment choisir sa typographie ?

Il existe de nombreuses formes de typographie, nous allons les évoquer dans une partie suivante. Le choix peut donc s’avérer compliqué lorsqu’on débute dans le graphisme ou le web design.

Le couplage des polices

Le couplage de deux typographies apportent dynamisme et modernité à une identité visuelle. Cette méthode est ainsi très souvent utilisée dans les logo typographique ou encore dans les visuels web. Essayez d’associer des caractères en display ou manuscrits avec une police sans sérif. Vous donnerez ainsi du caractère à votre design, tout en apportant de la lisibilité en second temps.

La cohérence

Gardez en tête que la typographie est un élément clé de votre charte graphique. Cela signifie que si vous n’avez pas de limite en terme de nombre de polices différents, il n’y aura aucun moyen que les lecteurs vous reconnaissent. Imposez-vous deux ou trois polices différentes et tenez-vous-en !

La signification

Chaque police doit être utilisée de manière à diffuser un message précis. Inconsciemment, la typographie est un donc élément qui apporte une certaine valeur à une marque.

  • Courbe avec empattement triangulaire (ex : Times New Roman) : classicisme et harmonie
  • Rectiligne avec empattement filiforme (ex : Didot) : élégance et rigueur
  • Épaisse avec empattement triangulaire (ex : Garamond) : sérieux et solidité
  • Droite et sans empattement (ex : Arial) : simplicité et neutralité
  • Ronde et sans empattement (ex : Calibri) : dynamisme et douceur
  • Cursive et sans empattement (ex : Dakota) : délicatesse, authenticité

Les tendances

Au fil des années, certaines polices sont mises à l’écart car elles perdent de la modernité. Alors que certaines se voient légèrement modifiées pour s’adapter aux tendances, d’autres sont créées par des typographes, amateurs ou professionnels.

  • La typographie en 3D : en 2021, on observe un grand intérêt pour les typographies en 3D. Elles apportent du dynamisme et semblent sortir des écrans lorsqu’elles sont à destination du web. Attention tout de même, une police en 3D mal conçues peut très vite manquer de modernité. 
  • Le désordre typographique : pour déstructurer une mise en page, optez pour le chaos typographique ! Il s’agit d’une vision très artistique et conceptuelle de la typographie, mais bien réalisée, l’effet est immédiat !
  • Le vintage : en monospace ou en style art déco, la typographie vintage fait son grand retour. Notez toutefois qu’il est bon de l’utiliser dans un contexte adapté. Ne vantez pas les technologies futuristes avec du monospace…
  • L’empattement : longtemps mise de côté, la police à empattement revient à grande vitesse. Plus ronde, plus douce et bien grasse, elle vient maintenant moderniser vos titres et vos visuels graphiques.
  • Les contours : trop souvent sous-estimées, les polices à contours sont parfaites pour un titre impactant. Petit conseil : mélangez-la avec la même police en plein et le tour est joué !
  • La superposition : aujourd’hui, on parle en couches typographiques. En jouant avec les couleurs et la transparence, vous pouvez créer un visuel web ultra tendance tout en faisant passer un message impactant.
  • Les polices variables : vous trouverez de plus en plus de polices modifiables à l’infini. Graisse, espacement, hauteur des lettres… À vous de jouer les typographes !
  • La typographie manuscrite : parce qu’elle donne plus d’authenticité et un aspect plus léger, le manuscrit revient en force. N’hésitez pas à écrire votre propre phrase, à la vectoriser sur Illustrator et l’ajouter à vos visuels ou votre logo pour plus de personnalisation.

Les règles en typographie

Le 95% en web design

La typographie occupe une place très importante dans le web design : 95% pour être exact. Il n’y a pas de site internet sans texte, choisissez donc une typographie qui colle à votre identité visuelle tout en restant lisible. Depuis quelques années déjà, on observe une grande tendance à la typographie adaptive sur le web. Vous verrez régulièrement des animations de texte si vous naviguez un peu sur internet.

L’identité visuelle

Si vous avez déjà lu une charte graphique, vous avez dû constater qu’une partie dédiée à la typographie est toujours mise en avant. Il s’agit de l’un des points essentiels qui constituent une véritable identité visuelle. En premier lieu, votre logo est le symbole visuelle de votre entreprise. Mais très rapidement viennent juste après la colorimétrie et la typographie. Si cette dernière est autant travaillée pour votre marque, c’est qu’elle aussi diffuse des valeurs qui vous sont propres. Des caractères arrondis viendront apporter légèreté et modernité à votre image. Une police en sérif partagera des valeurs plus sérieuses et plus ancrées dans le temps.

Les principales classifications

On distingue différents types de polices, que l’on peut ainsi catégoriser en plusieurs classifications :

  • Les caractères en sérif : il s’agit de caractères disposant d’une petite extension au bout de chaque lettre. C’est un style ancien mais qui s’adapte au fil des ans pour lui donner une seconde jeunesse. Elle est généralement utilisée pour les titres. Quelques exemples : Times New Roman, Baskerville, Adamina
  • Les caractères sans sérif : ce sont des caractères davantage écrits en bâtons. Le fait d’enlever l’empattement du sérif permet une lecture plus facile et rapide. Elle est souvent utilisée pour les paragraphes en web comme en print. Quelques exemples : Roboto, Open Sans, Montserrat
  • Les caractères en script : ces caractères semblent être écrits à la main. Dans une identité de marque, elles apportent plus d’authenticité, mais aussi un côté manuel et déstructuré. Elles sont pas faites pour être vraiment lisibles, il vaut donc mieux les utiliser pour un logo, des titres ou des légendes d’infographie par exemple. Quelques exemples : Indie Flower, Amatic SC, Handlee
  • Les caractères en monospace : contrairement aux précédents qui utilisent la proportionnalité, ce type de caractères va présenter des lettres de même largeur exactement. On les retrouve avec les machines à écrire, ou les premiers ordinateurs. Le monospace s’accorde donc parfaitement à une ambiance vintage et rétro. Quelques exemples : Space Mono, Cutive Mono, Fira Code
  • Les caractères en display : il s’agit de polices destinées aux titres de publicité. On les utilise avec une intention d’impact puisque leur largeur et leur épaisseur attire immédiatement le regard. Quelques exemples : Bebas Neue, Passion One, Abril Fatface…

La hiérarchie

On l’évoque depuis le début de cet article : certaines polices sont destinées aux paragraphes tandis que d’autres aux titres ou sous-titres. Nous l’avons vu dans un article dédié au référencement, il est très important de respecter une hiérarchie dans le texte. Puisque 95% du web design est consacré à la typographie, il est aussi essentiel de présenter dans sa charte graphique une police pour chaque style de texte. En plus d’un meilleur référencement, utiliser une hiérarchie claire à l’oeil permet d’apporter de la cohérence dans votre identité visuelle, mais aussi d’améliorer la clarté de vos textes. On observe depuis quelques temps que les titres sont préférés en sérif avec des caractères gras, ou en manuscrit (selon votre image de marque). Les paragraphes, quant à eux, sont plus lisibles dans une police en bâtons, sans empattement. Il n’y a pas de règle graphique pour la hiérarchie mais gardez en tête qu’un titre doit être impactant et un paragraphe lisible.

Les espaces

Aujourd’hui le web comme le print prônent la compréhension des textes par une typographie légère, presque minimaliste. Alors n’ayez pas peur du vide et des blancs ! Cela apportera modernité à vos documents et permettra aussi aux lecteurs de respirer entre chaque texte. L’espacement est aussi un critère incontournable dans le choix d’une police. Il s’agit de l’espace situé entre chaque lettre d’un même mot. Plus les lettres seront rapprochées, moins votre texte sera lisible et moderne.

La mise en forme

Au sein même d’une typographie se multiplient les formes, ce qui en fait un domaine assez complexe. Mais c’est au fil des expériences et de l’entraînement du regard que le choix se facilite et devient plus rapide.

  • La majuscule : pensez à toujours en ajouter une en début de phrase. Il s’agit d’une règle de base parfois oubliée et pourtant l’oeil des lecteurs s’en rend très vite compte. Vous pouvez également écrire vos gros titres (H1) tout en majuscule pour leur donner du volume et de l’impact.
  • L’italique : un texte tout en italique, c’est non. Cela bloque la lecture et enlève le côté moderne de vos mises en page. Utilisez l’italique seulement pour les légendes ou les citations. Certaines polices ne proposent pas l’italique. Optez alors pour une épaisseur plus fine de vos lettres afin de les distinguer de vos autres paragraphes.
  • La graisse : plus un mot aura une épaisseur importante de graisse, plus il sera mis en avant. Un groupe de mots en gras peut par exemple donner un sous-titre. Attention cependant à ne pas mettre en gras une phrase entière, cela pourrait impacter fortement la lisibilité.

Dernier conseil…

Vous connaissez maintenant les bases de la typographie. Sachez que le plus important est d’entraîner votre regard et de vous tenir régulièrement informé(e)s. Naviguez sur Pinterest, Behance, observez les dernières publicités et affiches qui cartonnent, renseignez-vous sur comment les différents secteurs se servent de la typographie dans leur communication… Un article n’est pas assez pour lister tout un guide sur la typographie. N’hésitez pas à investir dans des livres qui vous apporteront davantage de précisions ! Et en attendant, amusez-vous !

Partagez cet article :

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Retour haut de page